Mende: [RP] Ne t'aides pas mais n’espères pas que le ciel t'en oublie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mende: [RP] Ne t'aides pas mais n’espères pas que le ciel t'en oublie...

Message  Llewelyn le Mer 3 Avr - 16:49

Le mardi soir, au sortir de la taverne municipale.

Cuitée, mais pas assez, la blonde avait bu ses chopes les unes après les autres sans atteindre la plénitude de l'ivresse. Les jours défilaient, parfois elle allait en taverne, parfois elle se perdait seule dans de sombres méditations. Elle voyait souvent son frère sans pour autant lui parler, elle avait conscience de l'agacer. Il la voyait hermétique a ses questions a ses provocations... Et en effet elle n'y réagissait pas, tout lui passait au dessus.

Tout? Pas vraiment. Elle avait parlé de finir sa nuit dans un lac, il n'y en avait pas en Mende, ce que Joan c’était fait en devoir de préciser... Elle n'avait pas eu le temps de rétorquer avant qu'une autre phrase fuse, il y avait une foret avec des loups. Un joli coup d'estoc qui vint se ficher droit dans l’âme déjà bien vacillante de la Dame... Elle n'avait peur que d'un seul Loup.

Elle se forçait a venir en compagnie, a paraître son maudit rang, a sourire... Sans retrouver le sens des jours, le gout de vivre... L'orgueil était a terre, elle ne le relevait pas. Sa plume était silencieuse, assassinée par les derniers mots reçus de son compagnon, "n’écrivez plus vos mots me tuent" Elle n’écrivait plus. Elle laissait passer le temps et se noyait dans les secondes s’égrenant. Parfois elle se demandait ou il était. Elle n'arrivait pas a imaginer un futur, avec ou sans lui.

Elle restait la, petite feuille ballottée par les vents, écoutant, répondant aux mots entendus en taverne, sans badiner, sans jouer d'esprit... Elle n’était que l'ombre amère de ce qu'elle fut. Quand donc l'appelait on Rose ou Etoile? Ou était l’Évidence? l'Etoile avait consumée l’Évidence avant de s’éteindre au profit d'une rose éclose. Une rose d'hiver. Elle s’était demandé a un moment en taverne si on pouvait souffler une rose en verre, un délicat travail d’orfèvre... Délicat et fragile qui se fracasse.

Qu’était donc sa vie a l'heure actuelle? Pouvait elle se définir un passé et un futur? Ne devait elle qu’être un présent perpétuel? Elle arrivait a ne pas penser. Elle s’étonnait elle même de pas s'effondrer, de ne pas tant souffrir. Ses douleurs ne venaient que par périodes, la paralysaient puis refluaient. Ça lui coupait le souffle, la faisant suffoquer puis ça repartait. Et elle perdait conscience d’être.

Sa folie avait elle atteint jusqu’à ce niveau? Jusqu’à ce qu'elle ne ressente rien. Ni orgueil ni fierté, ni amusement ni tristesse, le vide total, aussi total que le désintérêt qu'elle y portait. Il y avait a Murât, Nuage et Alpha qui s’inquiétaient. Il y avait Larig a Tulle... Il y avait Loup qui la cherchait et Jyr qui la fuyait. Elle avait invité South a venir la trouver a Mende, il venait. Pourquoi le faisait elle venir? Ça semblait faire plaisir a la tribun... Une femme gentille selon toute apparence...

La filleule de son frère. Quelqu'un qui semblait digne d’intérêt. Si elle était capable de s’intéresser a quelque chose. En d'autres temps elle aurait pu beaucoup plus apporter... Souriante Cah qui fait vivre, qui donne aux gens de l'importance, qui leur apporte quelques divertissements, le sentiment d'exister... Elle était une excellente tribun... En temps normal. Mais ou était les temps normaux?

Elle errait depuis qu'elle avait perdu sa Suzeraine, son ordre. Elle errait malgré sa dernière née, malgré son intégration a un nouvel ordre... Celui que Joan venait de quitter... Elle avait cru stopper ses errances avec Jyr, avec les Hospitaliers... Avait elle réussi? Elle s’était cherché une nouvelle famille d'arme et avait connu Joan... Étrangement, il était son frère au plus profond d'elle, plus qu'un mot, plus qu'un devoir de l'ordre... C’était un ressentit.

Pourtant elle songeait aussi a partir de Mende. Elle n'arrivait pas a mettre des mots sur ce qu'elle ressentait. Elle le voyait avec une cruelle acuité vouloir la relever, la faire parler, la provoquer... Et cela tombait a plat. Elle le remerciait intérieurement de ses efforts mais elle souffrait aussi de le voir se démener pour rien, avec l'attachement qu'il lui portait. Devait elle fuir jusqu'au confins du monde connu? Pour l'instant ses pas la menait a travers les rues mendoises. Que n'avait elle un but, une cause a défendre?

South viendrait. Elle resterait au moins jusqu’à son arrivée. Ensuite elle aviserait. Ses pas la menèrent a l'hostellerie ou elle avait pris quartiers, elle en monta les marches pour embrasser ses enfants, son aîné, sa puînée, sa dernière... Ils eurent droit a ce baiser qu'elle posait parfois sur le front des gens qui comptaient pour elle... Avant qu’elle ne gagne elle même sa couche, une bougie lui servait de lumière pour relire les dernières lettres, les derniers mots de Jyr. Parfois ça la faisait pleurer. Trop souvent ça ne faisait que sombrer dans le néant.

Seul le bruit de son souffle troublait la paix nocturne, elle laissa les heures défiler, sans repos, sans sommeil... L'alcool se retirait lentement de son sang mais ses pensées ne variaient pas. Vide, infiniment vide...

_________________
avatar
Llewelyn

Messages : 323
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mende: [RP] Ne t'aides pas mais n’espères pas que le ciel t'en oublie...

Message  Llewelyn le Mer 3 Avr - 16:50

Joan a écrit:Au matin d'un Mercredi, dès l'aube.

Et Mende s'éveilla encore une fois dans ce monde de tumulte, qui aurait pu alors croire en voyant ce petit village bordé de forêts qui aurait cru que là-dehors, la guerre et la violence régnèrent ? Lui qui marcha en ses rues pavées de lueur fracassant la rosée qui eut l'imprudence de croiser ses bottes noires n'eut que l'espoir de garder en lui la paix du lieu. La brise matinale vint le coiffer violemment alors que ses pieds battirent vélocement le sentier de terre qui le guida au lieu-dit de la splendide hostellerie qui abrita en ces jours une ombre d'une profondeur insondable. Elle vint une soirée comme le manteau de la nuit sombre sans étoile. L'astre qu'elle fut alors perdit de sa superbe et ce même si dans son incapacité évidente de parer les observations savantes et justes de son frère, joua d'apparence et de faux-semblant d'attitude heureuse. Les aveuglent si complurent, en faisant peu de cas infâmes égoïstes qu'ils furent mais comment nous pûmes blâmer ces êtres sachant que l’approche fut aux risques et aux périls des âmes courageuses, cette étoile la fut mortelle.

Fuyante perspective qui ne fut dès lors point la sienne, car lui dans son incroyable imbécillité se tint droit devant la tanière aux allures de châteaux. Il gonfla les poumons en entiers pour expulser l'air d'un cri puissant mais néanmoins rieur.

LLewelyn !!! LLewelyn !! Llewelyn !

Sortez de votre insupportable complaisance ! Sortez de votre belle bâtisse et de vos coussins de nobliote ! À moins que vous soyez trop usée de vos devoirs de nantis, trop pour vous comporter en guerrière

_________________
avatar
Llewelyn

Messages : 323
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mende: [RP] Ne t'aides pas mais n’espères pas que le ciel t'en oublie...

Message  Llewelyn le Mer 3 Avr - 16:50

Le mercredi matin

L'aube s’était levée, menant les premiers pépiements des volatiles, la blonde s'occupait d'Andréa, ses aînés déjeunaient pendant qu'elle donnait le sein au bébé. Elle caressait doucement la joue poupine, contemplant son enfant qui aspirait goulûment a la vie quand les cris résonnèrent dans la cour pavée de l'hostellerie.

Son nom, ce nom honni qu'elle ne portait pas, qu'elle ne supportait pas. Nul autre que son frère pouvait se décider a l'appeler ainsi. Suivi d'imprécations a son encontre, Shae releva la tête de son lait


Maman, c'est qui?

La Dame poussa un soupire.

Joan qui s’énerve, faut pas chercher, il veut que j'aille me battre avec lui.


N'est ce pas l'heure de vostre entrainement Mère?

Elle sourit a son fils

Tu sais bien que je ne m’entraîne pas depuis quelques jours, je n'ai pas envie.

Son fils n'ajouta rien, il avait délivré son message, nul besoin de dire plus. Andréa avait fini de boire, Lyn la fit faire son rot avant de la reposer dans son berceau après quoi elle reboutonna son corsage avant d'aller ouvrir la croisée et de s'y pencher

Le bon jour mon frère, que me vaut le plaisir d'une visite matinale et d'un si gracieux chant de coq?

Elle ne relevait pas l'insulte, mais y répondait quand même acerbe, la flèche ne l'avait pas atteinte mais elle savait pertinemment que Joan était venu la secouer. Cela dit, s'il voulait la déstabiliser, il savait aussi qu'il se mesurait a forte partie surement, elle attaqua sur un autre point.

C'est coutume locale que le maire vienne éveiller les gens pour les invectiver?

_________________
avatar
Llewelyn

Messages : 323
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mende: [RP] Ne t'aides pas mais n’espères pas que le ciel t'en oublie...

Message  Llewelyn le Mer 3 Avr - 16:51

Joan a écrit:Non point ma soeur, la coutume est bien plus douce que mes humeurs soyez en persuadé tout autant que le climat qui nous pousse à l'oisiveté tant il tendre avec nos coeurs et corps.

Il inclina le buste amusé de la réponse de celle qui nomma sa soeur, nostalgie d'un temps révolu où ils servirent un ordre tout deux dont les appellations ne furent que fantasme et protocole. Il se redressa avec lenteur pour lui offrir un grand sourire, toujours prêt à chercher les mots qui lui ôtèrent un rire, un amusement ou un plaisir. Lui qui n'avait que sobriété en tête, dans ses périodes les plus noirs, dans ses doutes les plus profonds elle fit partie des gens qui arrivèrent péniblement à lui faire comprendre certaines choses. Bien sûr il ne fut guère aisé de lui enseigner quoi que cela soit, non pas qu'il fut persuadé de sa totale connaissance mais qu'il fut bien de nature prudente et craintive. Perdu encore dans ses pensées volatiles, il redressa la tête pour la regarder et lui dire à nouveau.

Est-ce vos coutumes que de laisser choir dehors votre si charmant frère ? Il me serait douloureux de voir en vous, personne si discourtoise alors qu'il mais bien plus réjouissant de voir en vous une gentille femme accueillante.

Il rit avec un plaisir communicatif . Bien peu habitué de tant de bonheur, les circonstances lui firent se découvrir dans un rôle qui ne fut guère le sien durant nombreuse année tant bien qu'il en ait oublié les fruits si doux d'une récolte amoureuse. Tout sembla lui réussir en ces temps cependant alors qu'il fut aveuglé de tant de délice, il ne put en lui-même combattre l’anxiété des expériences passées. Il eut tant de fois tout perdu se retrouvant seul témoin de ses tragédies pourtant il recommença à tisser des liens avec d'autres comme un énième sursaut d'espoir de ne pas finir seul. [

_________________
avatar
Llewelyn

Messages : 323
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mende: [RP] Ne t'aides pas mais n’espères pas que le ciel t'en oublie...

Message  Llewelyn le Mer 3 Avr - 16:51

Un si charmant frère... Ben voyons, de venir crier sous ses fenêtres de bon matin. Cela dit il avait l'air de bonne humeur... Quand elle même avait passée une nuit déplorable

Il est un peu tôt pour partager une poire et de la cochonnaille mon frère sans quoi je saurais vous accueillir bien plus dignement.

De légers hoquets, précurseurs de cris a venir vinrent troubler la paix relative des appartements loués, Andréa n'avait pas appréciée d’être reposé si tôt après son déjeuner, heure de sa baignade quotidienne... Et elle allait le faire savoir.

Un sourire naquit sur les lèvres de la Dame a entendre sa fille, a pressentir la crise a venir, sourire qui s’agrandit a voir son Joan rieur

Montez donc, vous aurez l'occasion de voir le confort des coussins de nantis...

Par cela la blonde n'entendait pas celui de l'appartement certes spacieux, mais qu'il voit donc ses obligations... Et puis elle appréciait cet homme étrange... Le recevoir ainsi chez elle ne la perturbait pas outre mesure. Il allait faire la rencontre des enfants puisqu'il en avait émis plusieurs fois le désir.

Andréa se faisait de plus en plus impatiente, Lyn remit la main sur la croisée

Hâtez vous avant que ma fille ne réveille le quartier puisque je l'ai délaissée

Amusée, elle adressa un dernier sourire a mi chemin entre défi et encouragement pour Joan avant de refermer la croisée et d'aller retrouver le bébé juste au moment ou icelle ouvrait la bouche pour pousser un premier cri, elle le coupa en la prenant dans ses bras

Oh non toi, tu vas éviter de nous faire entendre ta jolie voix si tôt...

Câlinant son bébé, elle manda a son fils

Az, tu peux remplir le bac pour le bain de ta soeur?

Pendant que son fils s’exécutait, Cahuete cala Andréa sur sa hanche et s'en vint effleurer la tête de Shae en lui disant

Tu finis ton déjeuner mon ange, tu veux une autre crêpe?

Une scène simple de la vie quotidienne de la Dame, autre que ses charges, autre que la guerrière, la maistre d'arme... Joan verrait donc sa soeur comme la mère qu'elle était aussi, dans son intimité familiale... N'allait il pas lui même fonder une famille a nouveau? Autant qu'il s'y réhabitue!

_________________
avatar
Llewelyn

Messages : 323
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mende: [RP] Ne t'aides pas mais n’espères pas que le ciel t'en oublie...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum