convalescence a contre coeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

convalescence a contre coeur

Message  Llewelyn le Dim 10 Mar - 19:59

Elle avançait vers la volière, distante seulement de quelques mètres de la demeure principale pourtant Cahuete n'arrivait pas a franchir cette courte distance... Secouée jusqu'au plus profond de son âme, la douleur de sa main n’était rien en comparaison de celle ressentie pour ce qu'elle venait de faire... Elle l'avait broyé. Elle avait opposé un silence glaçant a son aveu d'amour toujours vivant. Elle murmura a la nuit, a sa fille calme dans ses bras on ne cesse pas d'aimer quand on le souhaite sinon c'est que l'on ignore ce que c'est... Ton père de sang est fou mon ange... et de serrer cette enfant tout contre son coeur. Rejoindrait elle Jyr? Lui annoncer que Fingil était dans leur chambre? Et s'ils se battaient?

La blonde jeta un coup d'oeil vers la volière quand une silhouette s’avançant vers elle la fit tressaillir. La démarche erratique de Rakaph quand il se pressait. Les yeux violets et lumineux semblaient comme deux étoiles dans l'air nocturne, il vint s'incliner devant sa maistresse avant que sa voix ne résonne
Mère, rentrez de suite il y a une catastrophe dans vostre chambre Que son serviteur l'appelle Mère la fit tressaillir de nouveau avant qu'elle ne se redresse et file vers l’intérieur de sa demeure, courant très vite vers sa chambre pour y découvrir Azraël devant la porte ouverte, regardant vers le centre de la pièce... Les pas de Rakaph la suivirent, elle allait se retourner pour lui signifier qu'il n'avait rien a faire a l’étage quand elle vit elle aussi le spectacle macabre qui clôturait le drame de la soirée.

Se précipitant dans la chambre, elle reposa Andréa dans son berceau avant de s'agenouiller auprès de son ex compagnon, le sang imbibant aussitôt la houppelande écarlate qu'elle portait et qui en cet instant ne lui importait. Elle chercha le pouls de la bete inconsciente, tant de sang! Il vivait... tout juste mais il vivait... Pour combien de temps? Il s’était traversé de son épée? Elle maudirait ce geste, elle le mépriserait... Mais pour l'instant n’était en elle qu'une angoisse absolue, et s'il mourrait? Elle ne se le pardonnerait pas... Elle leva un regard égaré vers Azraël, prononçant son nom dans un souffle... L'enfant restait la, statique au seuil de la pièce. Cah lui hurla alors


Cours chercher Thomas!

Paniquée, la blonde l’était. Son fils disparu en un éclair, elle l'entendit se hâter dans les couloirs, laissant le Gardien a la porte... La maistresse des lieux effleurait doucement le visage du loup, en ayant posée la tête sur ses genoux elle lui murmurait fol que vous êtes, pourquoi avoir fait cela? Elle ne vit pas de suite le mot laissé sur sa coiffeuse, tout entière concentrée sur cette homme qu'elle avait aimé, qu'elle avait broyé... Quelle était donc la raison de son geste? Le refus qu'elle avait eu de le suivre? Le monde dont elle le privait? Elle ne comprenait pas, elle n'osait pas retirer la lame de ses entrailles, redoutant d'aggraver les choses... Son esprit réfléchissait a toute vitesse, il fallait le sauver! Le sang n’était rien... Elle savait qu'on pouvait vite en guérir, surtout dans cette maisonnée... N'avait elle pas, elle même, réussi a se lever le soir même de son accouchement alors qu'elle avait failli mourir d’hémorragie?

Il suffisait de boire cette etrange fiole... Mais en avait elle encore? Qu'etait ce d'ailleurs? Maintenant il fallait réfléchir a ce qu'elle avait voulu fuir depuis la naissance d'Andréa... Les pas précipités revinrent, cette fois accompagnés... Thomas poussa un cri en voyant son ami au sol, dans les bras de sa protectrice... Elle choisit de lui parler avec autorité, le gamin devait rester tranquille, elle avait besoin de lui... Il fallait transporter Loup... Mais... Sa main l'en empêchait...


Thomas du calme, tes cris ne serviront a rien, il faut le sauver, et tu dois m'aider.

Était ce l'ordre ou les larmes qui sillonnaient les joues de sa maîtresse, le sang partout qui statufièrent le jeune écuyer? Toujours est il que livide, il s’avança. Hélas, le bruit de la scène alerta toute la maisonnée, serviteurs et invités se pressaient a la porte... Caprysse bouscula tout le monde pour arriver près du corps et de son amie en plein désarroi... Elle commença a donner des ordres et des directives, pragmatique Cap. Elle voulait qu'on porte le blessé sur le lit quand Az intervient


Le caveau de Père... C'est le seul endroit qui tiendra a distance la Mort.

Sa mère le regarda avec des yeux ronds, que voulait il dire? Le caveau... Personne n'avait droit d'y entrer sauf Cah et ses aînés, Iophel ne laisserait personne y aller... Il sembla suivre les méandres des pensées de Cah quand elle se demanda si l'Oiseau laisserait faire ou si la foudre frapperait la maison... Son fils hocha la tête, Elle abdiqua, ayant une totale confiance en lui

Le caveau oui, allons y.

Mais qui porterait le Loup agonisant? Elle se le demandait... Thomas s’avança, Rakaph aussi... Bon si tout le surnaturel de la maison se mettait au service de la Vie, on pouvait peut être sauver celle ci...

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Llewelyn

Messages : 323
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: convalescence a contre coeur

Message  Llewelyn le Mer 13 Mar - 4:33

Il fallait donc déplacer le corps vers le sanctuaire de St Maurice, comment l'Oiseau prendrait il cette intrusion? l'accepterait il? Thomas, avec un a propos que Cah lui ignorait, proposa de démonter une des portes de l'armoire de Cah pour allonger Loup et le transporter en bas... La blonde acquiesça, au moins cette question la était réglée... Mais en bas, ou dormirait il? il y avait le lit de camp dans un coin, que Cap lui avait installé des années auparavant la première fois qu'elle avait sombré dans la folie mais elle n'y avait jamais dormi, préférant ces longues semaines, s’écrouler épuisée, les mains en sang d'essayer d'ouvrir le sarcophage de son bien aimé... Elle n'avait jamais réussi.

La porte d'armoire fut décrochée, il fallait y placer le blessé... Qu'elle refusait de lâcher. Elle ne put cependant elle même le soulever, il pesait son poid! Et puis il fallait le laisser sur le coté, elle ne pouvait retirer l'épée... Ah moins que... Si elle la lui enlevait? En maintenant une compression sur le dos, un autre sur le ventre... C’était si compliqué! Un seul faux pas, une mauvaise manipulation et elle le perdait a jamais. Il fallait qu'elle voit l’étendu des dégâts... Elle relâcha enfin étreinte pour se lever pendant que Fingil était déposé sur la porte avec mille précautions, elle alla attraper sur sa table de chevet sa dague, elle ordonnant en passant:
Caprysse, ferme la porte pour l'instant Elle n'avait pas besoin du public ce trouvant a St M en ce moment... Sa main la lançait, elle était déjà plus que violacée mais qu'importe, la douleur ne comptait pas... Elle lacera la chemise de Fingil pour observer avec une sorte de fascination horrifiée les blessures... Le ventre était bien entaillée, plus que le dos qui ne présentait que la lame ressortant, sans déchirure autour... C’était déjà cela.

Cap, tu crois qu'on peut la lui retirer sans risque?

La Dame essuya son visage empreint d'une froide détermination, il fallait sauver son Loup, il n’était pas question de le laisser s’éteindre, elle ne supportait pas cette idée, elle l'avait déjà cru mort, elle s'en était accommodé pour sa santé mentale, pour maintenir le fragile équilibre de sa vie... Mais il était revenu. Elle avait tremblé de le revoir, non pas qu'il la frappe mais qu'elle cède a l'appel des sens, a cette façon qu'il avait de la faire vibrer a peine il la touchait... Et de jouer de ses nerfs. Cet homme responsable de ses pires exactions, instigateur et victime de ses plus violentes colères... Combien avait il encaissé pour elle? Combien de temps Jyr avait il payé pour rendre a la rose son éclat après qu'elle se soit consumée a être Etoile? Quoi qu'elle fasse elle les broierait encore l'un et l'autre... Dangereuse Cah qu'on aimait a se damner, que n'avait elle, elle plutôt que lui, fait ce geste? Que n'avait elle sombré avec son époux?


On peut essayer mais tu sais qu'il risque de pas y survivre? Remarque il risque pas de survivre a l'acier dans ses chairs... Que fait il ici Cahuete? Dans ta chambre, que s'est il passé? On devrait peut être l'achever si cela peut lui rendre service.

Le cri de rage de l'arachide fut accompagné du regard le plus meurtrier qu'on ne lui ai jamais vu, la jouvente Caprysse recula face aux émeraudes noyées de haine que lui présenta sa protectrice. Elle déglutit avant de revenir, de s'agenouiller de l'autre coté du brancard improvisé dans le dos du blessé, elle pris un lambeau de chemise en fit un tampon

Il faut que tu retires l'épée dans le même angle qu'elle a pénétré, pour ne pas faire plus de dégâts.

Simple logique, mais Cah tremblait par trop, elle ne risquait pas de réussir cet office entre la rage et la douleur qui parcourait chaque fibre de son être, elle avait mal pour lui... Il fallait quelqu'un de plus neutre qu'elle. Elle releva la tête, Rakaph et Thomas patientaient, l'un imperturbable, l'autre blanc comme un linge. Rakaph le ferait sans le moindre état d’âme.

Rakaph, vous allez le faire et gare a vous si vous aggravez les choses.

L'ordre avait claqué, le serviteur s’avança a nouveau, il prit place comme demandé, sans un mot, a quoi bon? Cahuete revint prendre la tête du Loup sur ses genoux, penchée sur lui, les lèvres tout près de son oreille elle lui murmura doucement tout en effleurant son visage, sa chevelure: n'ayez crainte... Vous allez passer un mauvais moment mais je suis la, avec vous... Je vous en prie... Accrochez vous... Accrochez vous a moi, a ma voix... Ne m'abandonnez pas a nouveau... Elle continuait, se penchant encore plus quand il se crispa alors que la lame coulissait en lui, elle le fit presque a effleurer son oreille de ses lèvres, murmure lénifiant, apaisant, envoûtant, recouvrant le bruit ecoeurant fait par la l'épée qu'on ressortait poisseuse de sang... La voix de Cap resonnait dans la piece, elle donnait des directives a son aide, Lyn n'y entendait rien, toute entiere concentrée a vouloir ramener cet homme, a l'empecher de partir...


C'est fini Cahuete...

Elle releva la tête, Cap maintenait son tampon dans le dos de Fingil, elle avait le visage en sueur, concentré... L'épée elle était posée un peu plus loin que le genoux du Gardien, il comprimait lui aussi la blessure du coté ventre. Les émeraudes se reportèrent vers l'expression du blessé, il grimaçait, couvert de sueur lui aussi, pourtant il semblait presque blotti contre elle, reposant sur ses genoux... Il respirait difficilement mais il respirait. Elle eu un soupire de soulagement mais rien n’était gagné.

On peut le mettre sur le dos au moins maintenant.

Elle hocha la tête, accompagnant le mouvement, le tampon de Cap fut maintenu jusqu’à reposer contre la porte, la demoiselle pris ensuite le relais de Rakaph qui devrait soulever le brancard avec Thomas

Est ce qu'on doit le bander de suite, le recoudre?
Non on va attendre de l'avoir descendu en bas, va falloir vérifier qu'il n'a rien sectionné a l’intérieur et du coup ouvrir un peu plus...

Les mots lacérèrent l'esprit de Cahuete, elle avait déjà eu le ventre ouvert, en Touraine... Souvenir cuisant qui lui fit porter la main a son propre abdomen...

On va pas faire cela ici alors que Jyr va pas tarder a revenir et qu'Andréa tache de dormir.

La blonde avait pour un temps, complètement oublié son bébé, pourtant sa raison de vivre... Le Loup était de retour, la raison s’effaçait.... Cahuete se releva pendant qu'on levait aussi le brancard, elle revint a son enfant, a sa chair... Elle ne la toucha pas, craignant de la souiller avec le sang sur ses mains, cet ange d'innocence née de deux âmes brûlants en enfer... La porte fut réouverte, les gens s’étaient éloignés, peut être avaient il trouvé Jyr et expliqué... A cet instant Cahuete ne songeait pas a son compagnon elle se permit a nouveau de se pencher vers le blessé, de murmurer encore, juste pour lui alors qu'il semblait la proie de ses démons intérieurs

Vostre vie m'appartient, vous me l'avez offerte, je vous interdit de me la reprendre...

Elle se redressa ensuite, sans un regard pour Cap qui maintenait la blessure, elle prit la tête du cortège, les guidant lentement dans la demeure, jusque la cave, la crypte... Le trajet avec un luxe de précautions prit de longues minutes avant qu'elle ne sorte de son corsage la clé d'or et ouvre en grand les portes de cette pièce secrète ou nul n'avait le droit de pénétrer...


Dernière édition par Llewelyn le Jeu 28 Mar - 1:04, édité 1 fois

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Llewelyn

Messages : 323
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: convalescence a contre coeur

Message  Invité le Lun 18 Mar - 2:10

La lame s'enfonçait dans sa chair pendant que sa conscience s'en évadait. Dans un souffle on crut distinguer Cahuete. Les deux mains figées sur la garde, il resta à genoux écartés sur le plancher, seule sa tête tomba, sur son cou. Son esprit s'égarait dans les limbes, mais nulle volupté ne l'y attendait L'image de Cahuete l'obsédait, une lame sur laquelle s'appuyer s'offrait à lui, mais un coup de pied l'envoya valser, et pourtant le loup n'était attentif qu'au galbe de la jambe nue ainsi exposée... Des cris interrompirent son extase... Etait-ce lui qui se relevait, pourtant les voix semblaient nombreuses, il reconnaissait des voix enfantines, là encore ses interrogations s'évanouirent en un instant.

Dans la pénombre de son esprit, le souvenir d'un toucher l'alerta. Qui était-ce, il le savait déjà, mais ne voulait pas le découvrir. Un grand fracas s'affairait autour de son esprit, il avait beau chercher, dans le noir il ne distinguait rien, sinon ce toucher qu'il connaissait, cette douceur familière. Et puis tout se tût autour de lui, il ne voyait plus, n'entendait plus.

Ne restait plus que cette sensation agréable, onctueuse qui l'enveloppait désormais, et dans laquelle il trouvait son aise. Si les enfers se présentaient ainsi, il se sentait prêt à entamer son séjour.

"fol que vous êtes, pourquoi avoir fait cela?" Cahuete ? Encore elle...il aurait voulu chasser cela de son esprit, mais cette évocation était trop agréable, et alors qu'il commençait à savourer cette musique, son esprit indomptable vogua vers d'autres éthers... Seule cette imperceptible douceur l'accompagnait dans son voyage, sans parvenir à la préciser, à définir son origine.

n'ayez crainte... Vous allez passer un mauvais moment mais je suis la, avec vous... Je vous en prie... Accrochez vous... Accrochez vous a moi, a ma voix... Ne m'abandonnez pas a nouveau..

D'où venaient ces mots, il n'eut pas le loisir de s'interroger, une porte s'ouvrait, la lumière qui en sortait l'empêcher de distinguer ce qu'il y avait derrière.

Soudain la porte se referma, et l'éclat sous le seuil s'éteint. Les ténèbres s'ouvrirent sous ses pas, son esprit prendrait une autre direction, un instant il sentit le tintement métallique d'une jarre qu'on ouvrait d'une lame, et qui aussitôt s'évidait à proximité. Il ne la voyait pas, il n'entendait pas, mais il sentait le contenu de la jarre s'évider... à moins que ce ne fut lui qui la remplit.

C'est fini Cahuete... Avait il prononcé ces mots qui dansaient autour de lui, sautillant et gesticulant comme les lutins des contes pour enfants ?

La jarre était vide, son esprit en paix, le silence de ses sens lui offrait une quiétude qui s'était faite attendre. Celle-ci ne durerait pas... les ténèbres s'ouvrirent de nouveau, l'entrainant dans une chute interminable. La douceur était toujours là, mais la soie qui l'enveloppait se déchirait au fur et à mesure qu'il tombait.

L'angoisse, le tourment étaient désormais seules accessibles à sa conscience, un lac... Le lac...dans lequel il se noyait. Quelque chose lui lacérait le dos, une masse d'armes lui arrachait la chair, les coups pleuvaient, et sans qu'il puisse les ressentir, la faim le froid et la solitude l'entouraient.

Des pas hâtifs et erratiques dans la neige tachée de sang, la douleur d'une aiguille plantée dans son crâne vrillait sa conscience capricieuse

Vostre vie m'appartient, vous me l'avez offerte, je vous interdit de me la reprendre...

Sa conscience l'emmena chez lui à Murat, dans sa couche où venait de l'y rejoindre Cahuete, c'était l'été, l'air était humide et chaud, la légère brise l'enveloppait d'une douceur familière, toujours cette douceur, qui s'évanouit à nouveau. Son esprit s'était éteint.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: convalescence a contre coeur

Message  Llewelyn le Mer 20 Mar - 15:35

Les portes du sanctuaire s'ouvrirent donc, éclaboussant les murs jaunis de la lumière des torches qui ne faisait que l'accentuer, l'azur des inscriptions semblait courir a la danse des flammes, Cah pris un flambeau pour éclairer l'intérieur même de la crypte, le sarcophage d'or accrocha immédiatement quelques éclats de clarté, les renvoyant comme des étincelles. Caprysse et Thomas marquèrent un temps d’arrêt, Azraël et Rakaph ne prirent même pas garde et les forcèrent a avancer. Le tombeau n'avait jamais vu tant de visiteurs, de mouvement et de vie. C’était un lieu ou le temps était figé. Il recelait des trésors mais nul voleur n'aurait osé emporté quoi que ce soit, il dégageait comme une aura de mal être de ces lieux. Partout des pots de grès finement émaillés, l'ouvrage délicat qu'on ne trouvait en ce royaume...

La maistresse des lieux s’avança sans hésitations vers le lit de camp couvert de poussière, incongru icelieu, elle n'avait jamais prit soin de cela, le jugeant déplacé, n'appartenant pas a Iophel.


Azraël, trouves quelque chose pour m'aider a le soigner, il doit bien y avoir cela ici...

La pièce contenait quantité de remèdes et fioles, toutes annotées en Néhékharéen, qu'elle ne lisait pas. Elle bouscula Seneshemet qui émit un feulement de protestation qui la fit sursauter, elle jeta un regard horrifié au chat de Iophel, restant tétanisé qu'il bouge, le croyant mort depuis le temps


Seneshemet.

La voix de son fils, le chat fila se poser sur une étagère, s'y statufiant le regard posé sur son maistre, il ne fit plus guère attention a l'animation. Thomas tremblait de tous ses membres, il n’était jamais entré ici, il menaçait maintenant de chavirer le brancard, agacée la blonde le rappela a l'ordre, elle débarrassa d'un ample geste une table, ordonnant qu'on pose le blessé la.

Thomas tu peux remonter, vas faire chauffer de l'eau.

Il restait figé pourtant, les bras ballant après avoir déposé son fardeau, il avait les yeux fous, regardant en tout sens, horrifié d’être la, insensible a l'austère beauté des murs, a l'éclat des richesses, sous le coup de l'angoisse qui pétrifiait et qui gardait de tout vol. Sa maistresse s'approcha pour le secouer rudement:

Thomas réagis un peu! Icelieu a toujours été la!

Le gamin la regarda d'un air vide avant que Caprysse n'intervienne


Viens tenir cela Cah, je vais m'occuper de préparer ce qu'il faut.

Cahuete s'en vient maintenir a son tour le tampon avant de grimacer, le réflexe d'utiliser sa dextre coupé par la douleur de ses fractures. La grimace n’échappa a Cap, encore moins quand elle vit son amie changer de main.

Il t'est arrivé quoi a toi? vous vous êtes encore battus ou quoi?

En mots seulement... J'ai tapé dans un mur pour me défouler, ça attendra.

Elle fit un vague geste agacé de sa senestre.


Seigneur tout puissant parfois je me demande si t'aurais vraiment du rentrer a la maison.

Elle fit un signe du menton vers Fingil

Il t'a énervée je suppose? Vous pouvez pas faire autre chose qu’être comme des gamins? Tu es pire que ta fille quand il est la...


Soizic! il suffit, si tu ne veux pas apporter ton concours sors de cette pièce et ne reviens pas! Ne vois tu pas que j'ai pas de temps a perdre?

La jeune fille s’éclipsa en emmenant l'escuyer, maugréant après l'inconséquence et la folie qui prenait Cah... Mais cette dernière ne voudrait rien entendre... Elle n'entendait jamais raison quand il s'agissait de son Loup. La Dame etait penchée sur Fingil cependant qu'Azraël rassemblait quelques onguents et pots, se souciant peu des disputes de sa mère et sa nourrice. Rakaph restait statique ou on l'avait abandonné.

Me lâchez pas vous... Ne me lâchez pas encore... Elle déglutit, avalant sa salive avant de baisser d'un ton, arrivant a la confidence: J'ai besoin de vous... Soyez maudit pour cela mais je supporte pas un monde ou vous n’êtes pas pour me mettre dans tous mes états...

Elle reposait le front contre le torse de Loup, perdue dans sa supplique, dans son désir de ne pas le voir s’éteindre... Son souffle était si ténu... Elle se redressa quand Az posa près d'elle quelques pots


Il survivra Mère, il survivra si vous avez la force de le convaincre mais ce sera pour vous sans retour, il ne souhaite que vostre amour.

Qu'est ce que son fils voulait dire pas cela? Elle préféra ne pas s'appesantir sur la question, il ne fallait pas que son esprit pense qu'il était revenu la chercher... Elle avait refusé de lui promettre de ne pas quitter le BA. Pourquoi l'avait elle refusé? Par fierté ou parce qu'elle ne voulait pas qu'il disparaisse? Ses pensées arpentaient un sentier aussi sinueux que dangereux... Elle préféra les stopper pour reporter son regard sur le visage de Loup, celui qu'elle avait tant de fois caressé... Cette peau dont elle avait suivi les méandres cicatrisés... Elle soupira un instant, juste l'instant qui précéda le retour de Caprysse, panier de soin et chaudron d'eau chaude aux mains. Elle aiderait, pour l'amour de son amie.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
avatar
Llewelyn

Messages : 323
Date d'inscription : 31/10/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: convalescence a contre coeur

Message  Caprysse le Mar 26 Mar - 6:32

La demoiselle revint dans la pièce, elle vit son amie appuyée sur son ex compagnon, parlant a son fils mais tout entière tournée vers son Loup. Elle l'aimait encore, c’était visible. Cap ne comprenait pas la nature de leur relation. Elle avait beau avoir ramassée Cahuete, l'avoir droguée pendant des semaines tant celle ci ne pouvait supporter sa réalité... Icelle continuait dans sa folie. Elle avait beau s'en défendre, ils étaient comme deux aimants. Cap soupira légèrement avant de s'approcher

Déjà on va soigner ta main, tu me seras d'aucune utilité comme ça.

D'autorité elle prit la main de Cah pour en retirer le bandage, la Dame ne pouvait ni se débattre ni refuser, elle était obligée de maintenir le tampon sur la blessure de Fingil


Rho la peste, fais vite alors! Je veux pas le perdre.

Le bandage fut déroulé rapidement, il fallait remettre en place deux phalanges, celle du majeur et de l'annulaire. Sans aucun état d’âme, a peine un murmure pour prévenir elle les replaça, les petits claquement d'os résonnèrent dans la pièce, non sans arracher une ou deux grimaces a Cah mais elle ne se plaint pas. Un petit bout de bois pour servir d’attelle, un peu d'onguent et le bandage fut remis en place, ça n'avait pas pris plus de deux minutes.

Bon a lui maintenant...

Cap avança sa main, demande implicite que Cah retire la sienne


Faut pas l'endormir avec quelque chose?

Tu t'es réveillée toi en Touraine quand tu as eu le ventre ouvert? Ton chéri est dans les limbes et va y rester un moment si tu veux mon avis.

Il n'est pas mon chéri tu le sais

Cap ne releva même pas les yeux a cette dernière remarque, elle était concentrée a enlever le tampon qui compressait la blessure, elle fronçait les sourcils tout en officiant pendant que Cah regardait, angoissée, retenant son souffle. Placide Azraël tendit aux deux femmes un pot:

Voici pour nettoyer vos mains et empêcher que le mal ne se mette a l’intérieur.

Cap s'enduisit les mains de l'onguent avant d'en poser une sur la blessure d'ou ne s’échappait qu'un filet de sang pour l'instant.

Il va falloir que je regarde a l’intérieur s'il n'a pas touché quelque chose de vital. Cah, tu vas lui tenir la tête et tache de guetter des signes d’éveil ou de mort sur son visage.

Lyn était livide mais elle s'executa, venant prendre la tete de Loup entre ses mains, elle le maintient, mouillant son bandage de la pellicule de sueur dont il etait couvert elle le caressait doucement, suppliant en silence qu'il s'accroche... Il y eu un bruit humide et ecoeurant pendant que la fine main de Cap fouillait les chairs, tâtonnait avec la plus grande douceur possible les entrailles... Cela sembla durer des heures aux nerfs éprouvés de Cah pourtant elle entendit peu de temps après

Il a pas l'air d'avoir atteint un organe, il a du enfoncer sa lame doucement parce que rien n'est déchiré, ça c'est écarté sur le passage de l'épée... en revanche son estomac en a pris un petit coup. Il va falloir un petit moment avant que son intérieur ne se remette en place. S'il s'en sort faudra pas qu'il mange solide avant un bout. Il va pas savoir digérer correctement, éviter les plats trop riches etc... Enfin tu sais ce que c'est tu l'as vécu.

Elle médita un instant

Si rien n'est déchiré il suffit de recoudre. Cela dit, s'il a essaye de se fiche en l'air ton Loup il lui suffira de défaire les sutures et de s'arracher les intestins pour s'achever. Ça me dérange pas mais bon... T'as conscience qu'il faudra probablement l'attacher?


Probable qu'il le faudra...

La réponse avait été dans un souffle, un peu soulagé de Cah, Loup ne s’était pas réveillé sous l'intrusion, il était en effet perdu avec ses démons, elle ne savait ou... Tout ce qu'elle espérait c'est qu'il en revienne... Cap enchâssa une aiguille d'os avec un crin solide qu'elle avait au préalable plongé dans une fiole d'alcool, elle s'appliqua ensuite a recoudre a petits points le ventre ouvert, fermement. Pendant ce temps, angoissée, Cah s’était autorisée a poser un baiser sur le front du patient, un geste étrange mais elle en avait ressentit le besoin... Il était brûlant.

On va pouvoir le retourner maintenant que je m'occupe de son dos, sur le coté ça suffira.

Ainsi en fut il fait, le loup mis sur le coté, Cap réitéra ses soins avec la même méticulosité. Avant qu'il ne soit remis sur le dos.

On va pouvoir le déplacer et le mettre dans le lit. Pour cette nuit faudra le veiller vraiment, il faut qu'il se batte pour affronter ce qu'il doit... Ça a pas l'air simple a le voir d'ailleurs.

Cap se nettoyait les mains dans une bassine dans laquelle elle avait versée de l'eau chaude avant de revenir vers les jambes de Loup, de le prendre aux chevilles, Cahuete instinctivement passa ses bras sous les épaules de Loup et d'un bref regard elles s'accordèrent a le soulever. Un pas, deux pas, la bête était très lourde... Elle réussirent cependant a le coucher sur le lit après quoi Az le recouvrit d'une couverture, Rakaph etait en faction près de la porte quand Cah se redressa


Ou est Thomas?

Resté dans la cuisine, il est malade de terreur.

Cah esquissa une moue, elle s'occuperait de son écuyer plus tard... La nuit filait, ils étaient tous épuisés... Cap avait des cernes sous les yeux, rougis d'avoir opéré a la lueur des flammes aussi tardivement alors que l'heure ou elle se levait habituellement arrivait... Cah ne valait guère mieux, il n'y qu'Azraël qui semblait a son habitude, sa mère le renvoya quand même


Je verrais ça demain... Allez vous coucher je prend cette veille sur moi, de toutes façons je saurais pas dormir...

Et si Jyr rentre?

Dis lui que j'ai découché.

Et il va y croire vue la marre de sang dans ta chambre tu crois?

Un soupire arachidien plus tard, elle répondit enfin

Au vu des disputes qu'on a en ce moment je doute qu'il vienne dormir icelieu. Partez, je reste la... Cap, forces Az a se coucher s'il te plait.

La demoiselle prit soin d’éteindre quelques flambeaux avant de pousser Az vers la sortie, Rakaph suivit, les portes se refermèrent laissant Cah en veille auprès de Loup, tenant une main entre les siennes... Il ne s’était toujours pas éveillé.

Battez vous... Restez avec moi... Restez pour moi...

Caprysse

Messages : 1
Date d'inscription : 26/03/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: convalescence a contre coeur

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum